Carven Carven

Carven

 

En attendant l’arrivée officielle de Serge Ruffieux (dont la première collection, Resort 2018, arrivera un peu plus tard dans l’année), le studio de création de la maison Carven a choisi de retourner aux sources pour sa ligne automne-hiver 2017-18. Boots et mocassins cloutés, mais aussi baskets légèrement compensées sont les chaussures Carven de prédilection pour la parisienne cette saison. Côté sac à main, la besace Germain ravira celles qui aiment voyager léger tout en restant stylées. 

 

C’est en 1945, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, que Carmen de Tommaso fonde la marque Carven, initialement destinée aux femmes petites et menues qui peinent à trouver des vêtements à leur taille. Remarquée dès sa première collection grâce à une robe en coton léger, à rayures vertes et blanches, la maison se retrouve rapidement au cœur de l’effervescence mode de l’époque. Si bien que dès 1946, la société Carven Parfums voit le jour et lance sa première essence, Ma Griffe, du même nom que la robe précitée. La mode fraîche et facile à porter de la griffe séduit et la maison ne cesse d’étendre ses activités : en 1955, les foulards voient le jour, puis, en 1968, c’est au tour des bijoux. Mais après une apogée dans les années 70, le succès de la maison décline peu à peu. Après de multiples rachats et plusieurs changements de direction artistique, le renouveau arrive en 2009, en la personne de Guillaume Henry. Arrivé de chez Givenchy où il a précédé Riccardo Tisci, le créateur est en charge de faire de la maison parisienne une marque de prêt-à-porter abordable à destination des trentenaires. Cols Claudine, jupettes, tailleurs shorts et mix d’imprimés, Carven s’impose rapidement comme la nouvelle marque qui compte, affichant une silhouette espiègle, romantique et intellectuelle. L’idylle dure quatre ans, jusqu’au départ de Guillaume Henry, qui est alors remplacé par le duo formé par Adrien Caillaudaud et Alexis Martial. En janvier 2017, Serge Ruffieux reprend la direction artistique de la maison.

 

Né en Suisse, c’est à Genève que Serge Ruffieux entame ses études, à la Haute Ecole d’Art et de Design, avant de s’envoler pour Milan où il rejoint les équipes de la maison Moschino. Quelques années plus tard, retour à Paris, où il entre chez Sonia Rykiel pour seconder la fondatrice de la griffe parisienne avant de passer brièvement chez Cacharel. Mais c’est chez Dior, qui l’accueille dès 2008 sous l’ère John Galliano, que le créateur de mode se fait remarquer du grand public. Passé directeur de studio à l’arrivée de Raf Simons, c’est en compagnie de Lucie Meier qu’il assurera l’intérim pendant quatre saisons suite au départ du créateur belge.

 

22 RESULTATS

22 article(s)

par page

Grille  Liste 

Vue
Filtre