Coach Coach

Coach


Toujours prompt à explorer les différentes facettes de l’Amérique, Stuart Vevers a une fois de plus dévoilé une version de son rêve américain lors du défilé printemps-été 2019 de Coach 1941. Et après un tour dans un New York gothico-romantique la saison dernière, le créateur britannique renoue avec son esthétique cow-girl cool. La destination ? Santa Fe. L’inspiration ? Le Ghost Ranch de Georgia O’Keeffe, le Turquoise Trail mais aussi et surtout, un bar indépendant baptisé El Matador où se retrouve la jeunesse locale. Le résultat ? De longues robes et jupes vaporeuses décorées de fleurs et broderies dans le plus pur style prairie qui a fait le succès de la marque. Mais si elles sont parfois rehaussées de dentelle et de volants, ces créations n’en sont pas pour autant girly. Même constat concernant les inserts de lamé : il y a chez la femme Coach une sorte de féminité exacerbée qui sert un caractère aventurier qui se joue des conventions et des codes. Dernier élément disruptif en date ? Des personnages Disney qui s’invitent sur les pièces de prêt-à-porter, suite logique des collections capsules imaginées par la marque depuis quelques saisons déjà. Ou la démonstration, une fois de plus, de la création d’un univers bien particulier.

 

L’histoire de Coach débute en 1941 à New York, dans un petit atelier situé sur la 34ème rue. Au départ business familial, il s’étend petit à petit et en 1946, est rejoint par Miles et Lillian Cahn. C’est cette dernière qui a l’idée de créer des sacs en cuir souple, le même que celui utilisé pour confectionner les gants de baseball. En 1961, le couple rachète l’affaire et la renomme alors Coach. Son fer de lance : ce cuir Glove Tanned Cowhide, qui se patine joliment au fil du temps. L’année suivante, la styliste Bonnie Cashin rejoint la griffe, où elle officiera en tant que directrice artistique pendant douze ans. Avant-gardiste, elle dessine les sacs à main des femmes qui lui ressemblent : actives et indépendantes, en quête de fonctionnalité mais aussi d’esthétique. Réputée pour sa maroquinerie de qualité, la marque est populaire aux Etats-Unis, où elle devient rapidement synonyme de chic à l’américaine.

Les années 80 marquent ensuite l’expansion de la marque, qui se développe et ouvre de nombreux magasins. Une stratégie poursuivie sous l’égide de Reed Krakoff, qui rejoint la griffe en 1996 et lance notamment le logo bag, ce sac estampillé du « C » emblématique du maroquinier. Les ventes, tout comme la popularité de la marque, explosent.

En 2013, le créateur américain se retire pour se consacrer à sa marque éponyme. C’est alors Stuart Vevers, Britannique au CV impressionnant (Calvin Klein, Louis Vuitton, Mulberry), qui lui succède. Revenant aux fondamentaux qui ont fait le succès de la marque (cuirs de qualités, designs épurés), il lance le Swagger et le Rogue et introduit également les premières lignes de prêt-à-porter Coach. 

 

Peu de créateurs de mode peuvent se targuer d’avoir été associés à autant de it-bags que Stuart Vevers. Anglais né à Doncaster en 1973, le designer débute sa carrière de styliste à New York, chez Calvin Klein en 1996. Deux ans plus tard, il revient en Europe pour s’associer à la maison italienne Bottega Veneta et sous son impulsion, les sacs tressés de la griffe de Vincenza trouvent un second souffle. Poursuivant sa route, il entre chez Givenchy en tant que directeur du département accessoires. Sous sa tenure, naîtront le fameux Pumpkin et le Macramé avant qu’il ne rejoigne les rangs de Louis Vuitton pour superviser les sacs des défilés. En 2005, Stuart Vevers fait ses débuts chez Mulberry où il retoque le Bayswater et s’essaye au prêt-à-porter. Une aventure fructueuse qui lui vaudra de recevoir le British Fashion Award du Meilleur Créateur d’Accessoires en 2006. En janvier 2008, le designer fait ses premiers pas chez Loewe, où il est chargé de redonner ses lettres de noblesse à la maison madrilène, réputée dans le travail du cuir depuis des décennies. Cinq ans plus tard, c’est un autre maroquinier, Coach, qui fait appel à lui pour succéder à Reed Krakoff. En quelques saisons seulement, le créateur britannique fait de la maison new-yorkaise la nouvelle marque à suivre, développant des lignes de prêt-à-porter pour femmes et hommes et donnant naissance à plusieurs it-bags dont le Swagger, star de la griffe. En 2017, le créateur est récompensé par le CFDA Award du Meilleur Créateur d’Accessoires.

109 RESULTATS

Éléments 1 à 60 sur un total de 109

par page
  1. 1
  2. 2
  1. 1
  2. 2

Grille  Liste 

vue portée
Filtre