Dolce&Gabbana Dolce&Gabbana

Dolce&Gabbana

 

La scène surréaliste s’est produite durant les premières minutes du défilé automne-hiver 2018-19 de Dolce & Gabbana : à Milan aucun mannequin n’a ouvert le défilé de la marque italienne. A leur place ? Des drônes ont fait une entrée aussi remarquée que disciplinée pour présenter les derniers sacs à main de la griffe milanaise. Le résultat ? Près de cinq minutes durant lesquelles le public a pu admirer les dernières créations de la marque et réfléchir à la place des mannequins avant que ces dernières ne se mettent à fouler le podium pour une collection aussi riche qu’éclectique. Dans un décor reprenant la façade de l’Oratorio di Santa Cita de Palerme, les créateurs ont présenté leur collection baptisée « Fashion Devotion ». Le bien, le mal, le bon goût et le mauvais. Sur le premier look, un slogan évocateur : « Fashion Sinner ». Suivent ensuite plus de cent autres silhouettes, reprenant les éléments chers au cœur du duo italien, du brocard au velours en passant par les bijoux clinquants et la dentelle délicate. Tour à tour féline, classique, extravertie ou encore ultra-sexy, la femme Dolce & Gabbana revêt plusieurs visages cette saison, allant de la plus timide à la plus libérée.  La messe est dite.

 

C’est en 1985 que Domenico Dolce et Stefano Gabbana fondent la marque Dolce&Gabbana. La même année, ils présentent leur première collection, bien accueillie par la critique. Mais il faudra attendre encore quelques saisons avant que le succès commercial ne soit au rendez-vous. En 1987, le duo lance une ligne de maille, qui sera suivie deux ans plus tard de gammes de sous-vêtements et de maillots de bain. A partir de ce moment-là, l’équipe n’a de cesse d’agrandir son empire. Et elle est aidée dans sa quête par certaines personnalités telles que Madonna, qui se présente notamment vêtue d’un bustier Dolce&Gabbana à la première new-yorkaise de son documentaire, « Truth or dare : in bed with Madonna » en 1991. En 1992, les créateurs de mode présentent leur première collection de prêt-à-porter masculin ainsi que leur premier parfum, Dolce&Gabbana. Et en 1994, naît D&G, une ligne de diffusion plus folle, plus excentrique et légèrement moins chère. Elle disparaitra en 2012, absorbée par la marque mère. Entre 1992 et 1998, le duo dessine également des robes de mariée et propose une collection de décoration d’intérieur de 1994 à 1999. En 2006, la marque lance sa première gamme de cosmétiques, incarnée par l’actrice Scarlett Johansson.

 

Si leurs destins professionnels sont liés, les vies personnelles de Domenico Dolce et Stefano Gabbana le sont tout autant. Le premier naît en 1958, à côté de Palerme, d’un père tailleur et d’une mère vendeuse de vêtements et de tissu. Le second, en 1962 à Milan, d’un père imprimeur et d’une mère repasseuse. C’est en boîte de nuit que le duo fait connaissance. A l’époque, Domenico Dolce a quitté l’Institut Marangoni et travaille pour le designer Giorgio Correggiari. Il aide alors Stefano Gabbana à décrocher un emploi à ses côtés. En 1983, ils se lancent à leur compte, en freelance. C’est en remplissant les factures qu’ils éditent pour leurs travaux de stylisme qu’ils apposent pour la première fois leurs noms côte à côte. La marque Dolce&Gabbana naît en 1985.  En couple pendant plusieurs années, les créateurs annoncent leur séparation en 2005

1 RESULTATS

1 article(s)

par page

Grille  Liste 

Vue
Filtre