Olympia Le Tan Olympia Le Tan

Olympia Le Tan

 

Pour sa collection automne-hiver 2017-18, Olympia Le Tan a choisi d’explorer l’univers du roman noir. Sur ses désormais célèbres minaudières, sont reproduites les couvertures des œuvres d’Alfred Hitchcock, Gaston Leroux ou encore Dashiell Hammett. Mais ce n’est pas tout puisque les sacs Oympia Le Tan se parent quant à eux de mots-clés et formules tout aussi inquiétants tels que : « Femme Fatale », « Psycho » ou encore « I confess ». Le frisson chic. 

 

C’est en 2009 qu’Olympia Le Tan lance sa marque éponyme. Passionnée de littérature et férue de mode, elle combine ses deux passions à travers ses créations, des minaudières reprenant des couvertures de livres plus ou moins connus. Quelques saisons après son lancement, la créatrice de sacs de luxe étend ses activités avec d’autres modèles de sacs à main ainsi qu’une petite ligne de prêt-à-porter. Sa particularité ? Elle s’adapte aux accessoires, et non l’inverse, comme c’est le cas dans les autres maisons.

 

Après une jeunesse passée entre Paris et Londres, dont est originaire sa mère, Olympia Le Tan entre chez Chanel à 19 ans, pour travailler au studio, au côté de Karl Lagerfeld. Elle y restera dix ans. Fille de l’illustrateur Pierre Le Tan, la future créatrice de mode parcourt ensuite le monde, DJ de Tokyo à New York avant de fonder sa marque en 2009.

10 RESULTATS

10 article(s)

par page

Grille  Liste 

Vue
Filtre