Epuisé

890 €

267 €

- 70%

Avec leurs brides habillées de petits nœuds, les sandales Mimi Bow sont élégantes et féminines. De taille idéale, le talon est confortable. Un modèle romantique, à porter en toutes occasions.

Retours gratuits sous 60 jours

Soyez le premier à évaluer ce produit

GUIDE DES TAILLES

CHAUSSURES
FRANCE
36 36.5 37 37.5 38 38.5 39 39.5 40 40.5 41 41.5 42
UK
2 2.5 3 3.5 4 4.5 5 5.5 6 6.5 7 7.5 8
USA
5 5.5 6 6.5 7 7.5 8 8.5 9 9.5 10 10.5 11
EUROPE / ITALIE
35 35.5 36 36.5 37 37.5 38 38.5 39 39.5 40 40.5 41
JAPON
21.5 22 22.5 23 23.5 24 24.5 25 25.5 26 26.5 27 27.5
AUSTRALIE
3.5 4 4.5 5 5.5 6 6.5 7 7.5 8 8.5 9 9.5
CHINE
35 35.5 36 37 37.5 38 39 39.5 40 41 41.5 42 43
CHINE (MM)
225 228 230 233 235 238 240 243 245 248 250 253 255

Collection Laurence Dacade

 

Pour sa collection automne-hiver 2017-18, Laurence Dacade a vu grand. Cette saison, la créatrice de chaussures de luxe propose en effet une ligne aussi éclectique qu’elle est originale, composée d’escarpins, bottes, bottines, sandales à plateforme et même derbys. Et loin de se contenter de créer dans une palette minimale, la designer française s’en est donné à cœur joie niveau nuances. Où le jaune côtoie le bordeaux, le bleu ou encore le noir et où les broderies fleuries (et en relief) s’acoquinent avec un pied de poule colorisé. Une collection joyeuse et féminine.  Découvrez les chaussures Laurence Dacade disponibles sur le site MONNIER Frères.

 

C’est en 2003 que Laurence Dacade fonde sa marque de chaussures de luxe. Loin d’être une débutante, cette créatrice de souliers travaille déjà depuis de nombreuses années avec les plus grandes marques, de Chanel à Kenzo en passant par Givenchy, Zadig & Voltaire et Nina Ricci. Son envie ? Créer des chaussures féminines et intemporelles, mais aussi et surtout confortables. Sa signature ? Un petit strass qui rappelle un grain de beauté luxueux apposé sur le talon de toutes ses créations.  

 

Aussi loin qu’elle se souvienne, Laurence Dacade admet avoir toujours été obsédée par les chaussures. Mais il faudra attendre quelques années avant qu’elle ne réalise qu’elle veut en faire son métier. Après des études d’histoire de l’art, elle se lance dans la cordonnerie, curieuse d’apprendre tout ce qui fait une chaussure, afin de pouvoir la construire au mieux. Dès sa sortie de l’école, elle commence à travailler avec de grandes maisons avant de fonder, elle aussi, sa propre marque en 2003.