Baskets en Cuir et Néoprène Blanc

En stock

590 €

NOUVELLE SAISON

La basket à semelle épaisse a encore de beaux jours devant elle. Ce printemps, elle s'invite notamment chez Alexander Wang qui l'habille pour l'occasion de cuir blanc et de semelles noires. Coupée dans un mélange de cuir et de néoprène, elle est aussi stylée qu'originale, parfaite pour commencer la saison sur une note inattendue.

Retours gratuits sous 30 jours

Soyez le premier à évaluer ce produit

NOUVELLE SAISON

GUIDE DES TAILLES

CHAUSSURES
FRANCE
36 36.5 37 37.5 38 38.5 39 39.5 40 40.5 41 41.5 42
UK
2 2.5 3 3.5 4 4.5 5 5.5 6 6.5 7 7.5 8
USA
5 5.5 6 6.5 7 7.5 8 8.5 9 9.5 10 10.5 11
EUROPE / ITALIE
35 35.5 36 36.5 37 37.5 38 38.5 39 39.5 40 40.5 41
JAPON
21.5 22 22.5 23 23.5 24 24.5 25 25.5 26 26.5 27 27.5
AUSTRALIE
3.5 4 4.5 5 5.5 6 6.5 7 7.5 8 8.5 9 9.5
CHINE
35 35.5 36 37 37.5 38 39 39.5 40 41 41.5 42 43
CHINE (MM)
225 228 230 233 235 238 240 243 245 248 250 253 255

Alexander Wang

Alexander Wang

Le changement est au cœur de cette nouvelle saison chez Alexander Wang. Temporel, tout d’abord, depuis que le créateur américain a choisi de présenter ses collections deux fois par an, en juin et décembre. Véritable remise à zéro des compteurs, cette ligne présentée à New York l’été dernier se baptisait même Collection 1. Et de genèse il était bien question puisqu’elle était directement inspirée de l’expérience des parents d’Alexander Wang et leur arrivée aux Etats-Unis en 1972.

Côté stylistique, le changement était également au rendez-vous. Après le défilé d’executive women présenté au World Trade Center en février dernier, place une fois de plus à la jeunesse rock n’roll chérie par Alexander Wang. Au programme, une esthétique résolument Côte Ouest, ponctuée de bandanas et ceintures cloutées pour une silhouette rétro 80’s. Du denim, du cuir, du logo mais aussi et surtout de la Bannière Etoilée ainsi que quelques symboles d’inspiration asiatique et le tour est joué : l’Alexander Wang 2.0 ressemble étrangement à son homologue 1 .0, mais il retient notre attention. Son truc en plus ? Une narration, intéressante et fichtrement actuelle, qui offre une toute nouvelle vision sur sa création.   

 

C’est en 2004 qu’Alexander Wang fonde sa marque éponyme. A cette époque, le créateurvient d’abandonner l’école et a l’idée de lancer une ligne de maille, composée de six modèles unisexes. Un pari qui s’avère payant puisque trois ans plus tard, ses créations à l’esprit sportswear défilent pour la première fois lors de la Fashion Week de New York. Soutenue par Anna Wintour, la marque fait bientôt partie des plus suivies du circuit. Une esthétique à la fois citadine et sombre, sexy mais jamais apprêtée, idéale pour les rebelles anticonformistes.


Né à San Francisco, c’est à New York qu’Alexander Wang réalise ses rêves de mode dès 2002, en intégrant la prestigieuse Parsons School of design. Deux ans plus tard, il abandonne pour fonder sa griffe éponyme, supportée par plusieurs membres de sa famille, dont sa mère, son frère et sa belle-sœur. Trois ans après son lancement, la marque défile pour la première fois lors de la semaine de la mode new-yorkaise. L’année suivante, Alexander Wang reçoit le Vogue/CFDA Fashion Fund, qui lui permet d’étendre ses activités. Un coup de pouce bien employé, puisqu’en 2009, le créateur se voit remettre le Swarovski Designer of the Year Award, avant de remporter un second CFDA Award en 2011, celui de Meilleur Créateur d’Accessoires. Et si le créateur de mode est réputé pour sa marque éponyme, il a également travaillé pour une autre maison bien connue : Balenciaga. En 2012, le designer succède à Nicolas Ghesquière pour trois ans, avant d’être remplacé par Demna Gvasalia en 2015.