Sac à Main Toy en PVC Blanc

En stock

620 €

Et si on jouait la transparence? Avec le retour des beaux jours, la tendance est à la légèreté. Et ce n'est pas ce sac signé Moschino qui nous contredira. Coupé dans un PVC transparent, ce basique estival met également en scène Toy, l'ourson mascotte de la maison italienne. On fond.

Retours gratuits sous 30 jours

Soyez le premier à évaluer ce produit

GUIDE DES TAILLES

CHAUSSURES
FRANCE
36 36.5 37 37.5 38 38.5 39 39.5 40 40.5 41 41.5 42
UK
2 2.5 3 3.5 4 4.5 5 5.5 6 6.5 7 7.5 8
USA
5 5.5 6 6.5 7 7.5 8 8.5 9 9.5 10 10.5 11
EUROPE / ITALIE
35 35.5 36 36.5 37 37.5 38 38.5 39 39.5 40 40.5 41
JAPON
21.5 22 22.5 23 23.5 24 24.5 25 25.5 26 26.5 27 27.5
AUSTRALIE
3.5 4 4.5 5 5.5 6 6.5 7 7.5 8 8.5 9 9.5
CHINE
35 35.5 36 37 37.5 38 39 39.5 40 41 41.5 42 43
CHINE (MM)
225 228 230 233 235 238 240 243 245 248 250 253 255

Moschino

Moschino

 

Que se passe-t-il dans l’atelier d’un créateur de mode ? Cette saison, Jeremy Scott lève le voile sur ce processus chez Moschino. Quelques secondes avant le début du défilé : un coup de téléphone, de la part de Gigi Hadid, l’avertit qu’il est en retard à son propre défilé. « Mais je n’ai que des croquis ! », répond, paniqué, le designer américain. « Bidouille quelque chose ! », rétorque le top. Et c’est ainsi que sur le podium ont défilé 66 looks au goût d’inachevé… à première vue. Coupes 80’s plus empruntées à la haute couture qu’au prêt-à-porter, collants assortis et pièces ultra-théâtrales sur la fin, le coup de crayon de Jeremy Scott était littéralement à l’honneur de cette collection inattendue. L’idée ? Rappeler les croquis esquissés par les designers en tout début de saison, promesses d’une nouvelle collection à la fin du parcours.  Mais aussi la notion d’un travail impossible à terminer à temps qui évoque également le rythme frénétique de la mode, qui voit les créateurs composer avec les échéances de collections et pré-collections tout au long de l’année. Franco Moschino n’était pas en reste lorsqu’il s’agissait de critiquer le microcosme de la mode (cette chemise estampillée « For Fashion Victims Only » de la collection SS94). Marchant dans les pas du couturier fondateur, Jeremy Scott offre à ses clientes une collection qui reflète l’air du temps et ses contraintes, la coolitude en plus.  


La marque Moschino a été créée par Franco Moschino en 1983. Rapidement, la griffe italienne fait parler d’elle en raison de son irrévérence. Si le directeur artistique est un fantastique architecte du vêtement, il est également réputé pour son sens de l’humour acerbe, qui dénonce les folies et travers du fashion system. Des vestes munies de la mention « Waist of Money » au niveau de la taille, une chemise aux manches extra-longues nouées dans le dos et porteuse du slogan « For Fashion Victims Only », les pièces ne manquent pas de faire parler d’elle. Très vite, la maison étend ses activités. En 1987, elle lance la ligne Love Moschino ainsi que son premier parfum. Deux nouveautés suivies de l’avènement de la ligne de diffusion Moschino Cheap and Chic. En 1994, suite au décès de Franco Moschino, c’est Rossela Jardini, son ancienne assistante qui reprend la direction artistique de la maison. Elle est remplacée par Jeremy Scott en octobre 2013.

 

Né en 1975 dans le Missouri, Jeremy Scott a toujours su qu’il voulait devenir designer de mode. En 1992, il s’envole pour New York afin d’étudier au Pratt Institute, dont il sort diplômé en 1996. Certain que son avenir se trouve à Paris, il s’y rend alors, où il enchaîne les petits boulots. Lassé, un an plus tard le créateur de mode décide de monter sa marque éponyme et présente sa première collection dans la foulée. D’emblée, il rencontre un petit succès qui le suit jusqu’à Los Angeles, où il déménage en 2001, encore auréolé du Prix de l’ANDAM qu’il a décroché en 2000. En 2002, il entame sa première collaboration avec la marque de vêtements de sport Adidas. En parallèle, il continue à développer sa marque, qui se fait petit à petit un nom. En octobre 2013, il reprend les rênes de la maison italienne Moschino, tout en continuant de diriger sa griffe.